Les casinos suisses souffrent des jeux d’argent en ligne

Alors que le PBJ (Produit Brut des Jeux) est en net recul de plus de 11 millions de francs suisses, les casinos en dur doivent lutter âprement contre les jeux d’argent en ligne. En effet, le lien de cause à effet est très clair dans la tête des casinotiers suisses.

Entre les jeux en ligne et les casinos voisins

La situation géographique de la Suisse ainsi que la petitesse du pays font que les concurrents « physiques » en matière de casino ne sont jamais très loin, que ce soit en Allemagne, en France ou en Italie.
Selon le dernier rapport de la commission en charge du suivi des casinos suisses, plus de 18 maisons de jeux sur 21 sont touchés par ce mal via une baisse nette de leur chiffre d’affaires annuel. Il n’y a guère que 3 casinos qui s’en sortent, il s’agit de ceux de Davos, de Neuchâtel et de Zurich.

Les casinos en ligne illégaux

Aussi, les casinos en ligne font beaucoup de mal aux casinos en dur, car d’une part l’offre est conséquente, et, d’autre part, plus de 90 % des procédures pénales sont relatives à des casinos en ligne qui sont illégaux.
Notons qu’il n’existe aucun blocage présumé au niveau technique, ce qui signifie que les joueurs suisses peuvent atteindre ces sites sans aucun souci. Toutefois, la mécanique financière fait que les gains ne sont parfois pas payés, et, que les impôts liés sont inexistants pour les autorités. En somme, tous les acteurs sont perdants.

L’exemple de l’ARJEL

Gageons que le retour à la normale sera pour bientôt afin d’assurer la viabilité économique de ce secteur d’activité.

En France, l’ARJEL, bien que critiquée, réalise un travail de fond complet pour protéger les joueurs tout en responsabilisant les opérateurs de jeux en ligne.