Machine à sous

slot

Prenant tout d’abord la forme de roulettes automatiques, les premières machines à sous ont été mises au point à la fin du XIXe siècle, avant d’adopter rapidement la forme qui les caractérise encore aujourd’hui, grâce à la création des premiers modèles à rouleaux, par Charles August Fey, qui lança, dès 1898, le modèle Card Bell. Bénéficiant des progrès techniques, les machines à sous vont devenir peu à peu électroniques, tout en conservant, pour certaines, l’aspect introduit par les machines à rouleaux, tandis que d’autres modèles présentent un écran sur lequel s’affichent des rouleaux vidéo. D’autres modèles donnent aussi la possibilité, à présent, de jouer au poker vidéo ou encore au Keno.

L’apport de l’électronique ne s’arrête toutefois pas là, puisqu’il offre également l’opportunité de relier plusieurs machines entre elles, permettant ainsi, à certains casinos, de proposer à leurs clients de jouer sur un petit groupe de machines pour mettre les gains de celles-ci en commun et délivrer, de cette manière un jackpot encore plus important.

Le fonctionnement des machines à sous

Aujourd’hui encore, les machines à sous disposent généralement d’un nombre de rouleaux compris entre 3 et 6 (exemple sur : casinoonlinefrancais.fr), permettant de réaliser des combinaisons de symboles et d’obtenir des gains correspondant au résultat obtenu et répertoriés sur un tableau faisant partie intégrante de chaque appareil.

Depuis l’apparition des machines électroniques, le mode de fonctionnement de celles-ci a quelque peu évolué. Disposant désormais d’une liste répertoriant l’ensemble des combinaisons possibles, au sein de laquelle elles sélectionnent aléatoirement celle à afficher, elles réagissent donc en fonction du taux de redistribution qui leur a été fixé, généralement dès leur construction en usine, celui-ci variant, en principe, entre 82 % et 98 % des mises.

Des machines à sous sur internet

L’apparition des casinos en ligne a aussi contribué à l’émergence d’une nouvelle catégorie de machines à sous, réalisées cette fois-ci en flash ou en JavaScript, permettant, tout comme leurs homologues physiques, de jouer de la même manière, en adoptant les mêmes principes de fonctionnement.

Pouvant représenter jusqu’à 80 % des recettes réalisées par un casino, les machines à sous restent à l’origine d’un grand nombre de comportements addictifs. En effet, comme le montre une étude réalisée au Québec, celles-ci seraient même responsables de plus des trois quarts des comportements pathologiques chez les joueurs ; c’est donc la raison pour laquelle il convient, lors de l’utilisation des appareils, de se montrer particulièrement vigilant, les parties pouvant se succéder rapidement et entraîner une perte d’argent importante.